Alimentation et équilibre de vie : stop aux idées préconçues qui nous gouvernent !

Je vois souvent dans mon cabinet des personnes qui se sentent coupables. Coupables de ne pas y arriver, coupables de « craquer » sur des aliments « interdits », coupables de ne pas savoir appliquer les conseils des magazines, des amis, des professionnels de santé. ” Si je veux, je peux! ” dit l’injonction. Finalement, prendre soin de son alimentation et de son équilibre de vie serait une opération mentale qui demanderait force, rigueur et discipline. Et elles n’y arrivent pas ! Alors elles se laissent aspirer par ce sentiment de ne pas être assez fortes…

Alimentation et équilibre de vie - Cabinet CAEN, Le Centre de Développement de la Personne (Wasquehal)
Modifier son comportement alimentaire n’est certes pas toujours une sinécure, mais n’est pas non plus systématiquement synonyme de « chemin de croix ». Crédit photo : Louis Hansel / Unsplash

Manger, boire, faire du sport sont des actions reliées à la globalité de la personne. Le goût est associé à l’histoire et l’affectif de la personne, le processus de changement est donc délicat, progressif et différent pour chacun. Dans l’accompagnement centré sur la personne que je propose, je favorise plusieurs pistes à travers une relation de qualité et un échange sans jugement :

  • Faire émerger le sens que chaque personne développe dans son équilibre de vie et replacer l’alimentation comme un élément de plaisir et d’équilibre

  • Introduire progressivement de nouveaux aliments en prenant soin d’accompagner toutes les étapes de découverte de la personne en échangeant avec elle sur ce que ces nouvelles pratiques provoquent dans son écosystème.

  • Faciliter la créativité de la personne pour de nouvelles explorations alliant le manger sain avec le convivial.

Pendant tout l’accompagnement, la personne apprivoise son changement et introduit une autre communication avec son cerveau. Car, n’oublions pas, le cerveau dirige et il sort toujours vainqueur, quelle que soit la force mentale en face ! Le cerveau s’occupe de notre survie. Il se battra donc contre tout signe de rationnement. S’il constate une diminution des apports, il stocke pour prévenir les carences. C’est donc dans une approche globale de la personne que les processus de changement se feront.

Modifier son comportement alimentaire n’est certes pas toujours une sinécure, mais n’est pas non plus systématiquement synonyme de « chemin de croix ». En effet, c’est l’occasion d’expérimenter de nouvelles choses et d’ouvrir son champ des possibles tout en restant en lien avec la réalité de votre quotidien. Je vous y invite avec confiance !

Muriel CAEN
Le Cabinet CAEN, Le Centre de Développement de la personne.

 


Liens : 

Atelier : changer son comportement alimentaire

L’espace coaching